La Lozère

Accueil > Station > La Lozère

La Lozère : quatre régions pour un pays

Partez à la rencontre d’un département aux limites de l’idéal : la Lozère. Elle est toute en zone de montagne et son altitude moyenne de mille mètres en fait la plus élevée de France. Elle est le seul département dont la population n’atteint pas 100 000 habitants ; ce qui en fait le département le moins peuplé de l’Hexagone.

Depuis l’aube de l’histoire, ce pays a conservé son identité, que la Révolution n’a pas rompue : le Gévaudan a changé son nom sonore pour celui de la Lozère mais ses frontières sont restées presque inchangées.

Malgré la diversité extrême de ses paysages, des croupes herbeuses ou boisées de l’Aubrac et de la Margeride à la grandiose nudité des Causses et aux crêtes déchiquetées des Cévennes, cette partie du haut Languedoc (maintenant associé à la Grande Région Occitanie) a gardé ses modes de vie ancestraux, jusqu’aux grands bouleversements de notre époque.

Zoom sur La Margeride

Le Massif Montagneux de la Margeride occupe presque toute la moitié septentrionale du pays. La Margeride s’étend à l’est jusqu’aux limites du département ; au Nord, elle déborde sur le Cantal et la Haute-Loire ; au sud, elle descend jusqu’aux vallées de la Colagne et du Lot, aux lisères de Marvejols et de Mende ; à l’ouest, elle ne laisse à l’Aubrac qu’une bande assez étroite.

Ce pays vert contraste avec le pays gris ou ocre des Causses. L’altitude de ses plateaux dépasse mille mètres. Ses plus hauts sommets atteignent 1550 mètres.

Le granit, roche dure et cristalline qui remonte à l’ère primaire, couvre la plus grande partie de la Margeride, en profondeur et en surface. A la surface, ses blocs énormes, tantôt disséminés comme un troupeau qui broute, tantôt amoncelés en tas, prennent parfois les formes les plus étranges : ovales ou ronds, ici formant une caverne au dragon de Javols, là une superposition instable de masses arrondies, au rocher Saint-jean, à Serverette ; là-bas un énorme dolmen qu’aurait construit Gargantua.

Montagne aux formes douces, la Margeride alterne entre collines, vallées et plateaux. Les bois y sont nombreux : pin sylvestre, bouleau, hêtre fayard sont les essences les plus répandues.